Comment travailler en mode Zen en Centre d’affaires à Nantes

Travailler de manière détendue et relax en ne craignant rien pour sa santé, sans risquer trop de proximité, c’est possible dans le centre d’affaires de Nantes Ouest BUROO®ESPACE, où tous les bureaux individuels sont équipés et fermés, des bureaux meublés propres, calmes, avec vue sur le Pont de Cheviré, à deux minutes de la rocade Ouest.  Les entreprises qui s’y sont installées depuis la création du centre d’affaires en 2010 apprécient la ligne de tramway François Mitterand toute proche qui s’arrête au pied du centre d’affaires rue Romain Rolland. Les bureaux en location ont toujours autant de succès, pour toute entreprise qui cherche un bureau à louer et contacte BUROO®ESPACE se voit proposer une visite.

Source : active research

le grand Bellevue va bientôt voir un nouveau Centre d’affaires

La zone de Bellevue et le Quartier Mendès France vont voir s’opérer une véritable rénovation dans les années  à venir. Tout le quartier va bénéficier des améliorations, embellissements, créations d’espaces verts, pour apporter de nouvelles populations gentrifiées sur cette partie ouest de Nantes. Ce rénovation va attirer de nouveaux entrepreneurs. Le projet Grand Bellevue prévoit également un nouveau centre d’affaires à Mendès France, non loin de la rue Romain Rolland, où l’on trouve déjà le centre d’affaires BUROO®ESPACE et ses 10 bureaux à louer à de jeunes entreprises. Y travaillent déjà des société de régulation énergétique, des kinés, des entreprises du web, une société de recrutement.

Source : Actions Accompagnements Développement Humain

bureau individuel à Nantes

BUROO®ESPACE vient d’apporter des changements d’organisation. Outre les mesures nécessaires suite à la crise sanitaire, un espace zen a été apporté : espace cafétéria et plantes se rassemblent autour de l’espace d’accueil. Le centre d’affaire compte accueillir de nouveaux locataires qui cherchent un bureau individuel équipé, un petit bureau à Nantes Ouest, non loin des rocades, en toute sécurité, ans passage trop important de publique.

Source : Active Research

LES PRINCIPALES ETAPES POUR TRAVAILLER EN TEMPS DE CRISE

Une crise constitue un changement dans le fonctionnement habituel d’une organisation sociale, ce qui se produit à la suite d’un événement brutal, qui représente une menace importante pour la pérenité d’une organisation. Du fait de son caractère inattendu, la crise appelle une réaction immédiate du gouvernement.

En raison de son étendue et parce qu’elle affecte tous les aspects ministériels, une crise nécessite une réponse générale. Pour optimiser la communication entre les ministères, le premier ministre peut provoquer une Cellule interministérielle de crise et c’est alors un ministre désigné qui gère la crise en fonction de sa compétence.

source : Presse Océan 11 mai 2020

 

 

 

Sortie de crise pour les centres d’affaires

face à la crise, BUROO®ESPACE a adapté son organisation. L’entreprise a gardé une permanence grâce à la notion du bureaux individuels équipés. Les locataires ont un bureau particulier, évitant ainsi le brassage de population et une fréquentation trop élevée de personnes ; conditions idéales pour travailler en toute sérénité et sécurité, le déconfinement peut s’opérer de manière tout à fait sereine.

BUROO®ESPACE essaye de renouveler sa clientèle en visant des personnes qui sont en coworking pour attirer des candidats à la tranquillité, pour travailler sereinement dans un espace clôt et privé.

Source : AADH®

Centre d’affaires et confinement : trouver un bureau zen individuel

A l’instar des autres entreprises françaises, les centres d’affaires ont connu un véritable tournant pendant le confinement. En prenant appui sur les recommandations sanitaires gouvernementales, les salles de réunion ont été fermées. Ainsi chez BUROO®ESPACE, les bureaux particuliers équipés restent à louer et trouvent des acquéreurs intéressés par l’ambiance de sécurité et d’hygiène grâce au nettoyage quotidien. De plus, les bureaux séparés dans ce centre d’affaires de Nantes permettent le plaisir d’aller au travail en toute sécurité, en se sentant chez soi, à l’abri des passages trop fréquents de population. Le centre à taille humaine loue douze bureaux. Le nouveau format de bureau individuel équipé est d’actualité dans un contexte urbain ou chacun cherche à séparer son espace de travail. Ce centre d’affaires de l’Ouest de Nantes est en train de faire le plein de location

 

Sources : newsletter actions accompagnements développement humain

Prendre un bureau individuel c’est moins s’exposer

Les espaces de coworking comportent des espaces en commun et accueillent des entrepreneurs de tous types de profession (professions libérales, start up, succursales de grandes entreprises, EPI) Il arrive souvent que des initiatives d’animation soient prises pour créer un émulation une ambiance de partage.

Dans ces espaces souvent bien agencés et équipés de wifi et fibre, imprimante, cafétéria, on peut louer un espace personnel, mais pas toujours un bureau particulier fermé, alors que c’est le cas chez BUROO®ESPACE.

Certes, ces organisations permettent une flexibilité de location à court terme mais cela multiplie les sources d’exposition non contrôlées. De plus en plus de créateurs d’entreprise qui vont d’habitude en espace de coworking type STATION F, ANTICAFE, KWERK WEWORK, etc… cherchent dorénavant une solution stable en bureau particulier offrant garantie de calme, concentration, santé préservée quelle que soit la situation sanitaire. La plupart des centres d’affaires comme BUROO®ESPACE privilégient ce fonctionnement.

Chez BUROO®ESPACE, les conditions zen d’activité sont préservées dans un environnement à taille humaine, on peut louer un bureau particulier de 12 à 14 mètres carrés, tout en bénéficiant de la salle de réunion dans des conditions de propreté optimale. Le ménage est fait quotidiennement aux points de contact collectifs type cafetière, poignées de porte etc…

Un bureau chez BUROO®ESPACE est une garantie de travail en maîtrisant toutes les données de santé.

Source : Journal d’AADH

location de bureau nantes – sécurité maximum

la demande concernant la location de bureau évolue. Depuis la période que le pays vient de traverser, et du fait des mesures sanitaires en cours, de nouvelles exigences voient le jour dans la location de bureau et l’espace professionnel en général : moins de promiscuité, le respect des distances, la facilitation des gestes barrières, valables dans le contexte du corona virus mais aussi plus largement dans toute règle d’hygiène qui devrait être respectée quotidiennement dans la vie de chaque citoyen. Une prise de conscience s’est effectuée dans chaque entreprise sur l’importance de la propreté, de l’hygiène, des cloisons à instaurer. A ce titre, le centre d’affaires BUROO ESPACE est totalement dans cette lignée de bureaux individuels avec une sécurité maximum.

Source :  Nantes Information

BUROO®ESPACE : préférer un bureau fermé ?

Le centre d’affaires BUROO® ESPACE, situé à Nantes, est depuis toujours adapté à toute forme de crise sanitaire, grâce à ses bureaux individuels équipés à taille humaine, ce qui permet de venir travailler en ayant la possibilité de passer autant de temps que souhaité en situation de protection totale. Nos locataires, qui sont peu nombreux, peuvent rester indépendants, ils peuvent se parler à bonne distance s’il le désirent dans le hall où se trouve la cafetière NESPRESSO, désinfectée après chaque utilisation. La salle de réunion est réservée à l’avance et gratuite, nettoyée après chaque utilisation, et bien sûr, gel hydro alcoolique à l’entrée de l’établissement.  Il est important de garder un environnement stimulant et dynamique tout en bénéficiant d’une parfaite indépendant, tranquillité, sécurité.

De plus, rappelons qu’un bureau chez BUROO®ESPACE à Nantes (44) en territoire entrepreneur donne droit à une exonération totale d’impôts sur les bénéfices. Pour les entrepreneurs, c’est le moment où jamais de veiller à restreindre les charges.

Source : AADH® BUROO®ESPACE

 

Le biais de négativité est lié à la culture

Cinq compliments pour compenser une seule critique : découvrez le biais de négativité.

Nous ne sommes pas, loin s’en faut, des êtres rationnels et sans affect. Capables de traiter l’information de manière neutre et de prendre toujours les meilleures décisions pour notre entreprise. Nous sommes biaisés. Les biais cognitifs, ce sont des distorsions que subissent les informations en entrant ou en sortant de notre système cognitif. Ils ont un impact critique sur les décisions prises en matière de ressources humaines, mais nous n’en sommes pas souvent conscients. Ils sont un frein à la diversité et à l’efficacité. Dans cette série, nous vous proposons des courts articles pour identifier les biais, comprendre comment ils affectent les ressources humaines et comment y remédier. Aujourd’hui : le biais de négativité.

 

Explication

Enfin à niveau d’intensité égal, les choses négatives (interactions, événements, pensées, remarques…) ont plus d’effet sur notre état psychologique que les choses positives. Cognitivement et émotionnellement, le biais de négativité nous fait donner plus d’importance à ce qui est négatif qu’à ce qui est positif. Par exemple, il nous faudrait au moins cinq compliments pour compenser une critique.

Ainsi dans une étude de 2001 intitulée “Bad is stronger than good”, plusieurs chercheurs ont montré que nous cherchons davantage à préserver notre réputation (éviter le négatif) qu’à en construire une nouvelle (chercher le positif). Dans la mythologie et la fiction, les forces du bien l’emportent (presque) toujours sur les forces du mal. Dans la réalité du cerveau humain, il est plus fréquent que le mal l’emporte.

Ainsi les chercheurs voient dans le biais de négativité un biais d’évolution de l’espèce. Nous prêtons instinctivement plus d’attention à ce qui peut menacer notre survie. Les hommes/femmes préhistoriques faisaient plus attention aux bruits signalant la proximité d’un prédateur qu’à ceux venant des petits oiseaux qui chantent. Nous avons gardé ce biais « bon pour la survie », mais, hélas, il est souvent mauvais pour la santé.

Dans le monde de l’entreprise, ce biais est bien connu : on sait à quel point un événement négatif peut détruire rapidement la réputation d’une entreprise. Les conséquences d’une affaire sur une marque peuvent être dévastatrices. Il faut parfois des années de bonnes actions pour compenser un événement négatif (scandale financier, problème d’hygiène, etc.)

Conséquences pour les ressources humaines

En effet ce qui est vrai de la marque consommateur est vrai aussi de la marque employeur. Il suffit d’un.e manager toxique, d’un scandale de harcèlement ou d’un cas de burn-out… Pour endommager durablement votre marque employeur.

La marque employeur d’une entreprise comme Uber en a fait les frais en 2017.  Quand une employée a publié un billet de blog sur le harcèlement dont elle a fait l’objet pendant son année chez Uber. Malgré le départ de son CEO et de nombreux dirigeants et deux années d’efforts pour redresser sa réputation, Uber souffre encore d’une image de sexisme. La marque consommateur a aujourd’hui le même problème. En décembre 2019, Uber a révélé avoir enregistré près de 6000 agressions sexuelles. Par des chauffeurs aux Etats-Unis en deux ans. Bien que ces incidents ne concernent que 0,00002% des courses, comme l’a remarqué un représentant d’Uber, l’impact sur l’image est désastreux.

Ainsi en matière de RH, les cas de harcèlement, aussi minoritaires soient-ils, ont un effet de contagion particulièrement dommageable. Ils n’influencent pas seulement la performance des victimes, mais également celle de leurs collègues directs.

Comment y remédier ?

Il est essentiel d’avoir conscience du biais de négativité pour mener des politiques RH efficaces. Un.e seul.e « sale con.ne » peut à lui/elle seul.e pourrir la culture de votre entreprise. Dans Objectif zéro sale con (Vuibert, 2010), Robert Sutton exploite la recherche en management. Ainsi pour démontrer que les managers doivent créer un environnement de travail « garanti zéro sale con ». Cela implique de ne pas valoriser chez les candidat.e.s les qualités qui peuvent ressembler à de l’arrogance. (voir notre article sur le biais Dunning-Kruger) et de ne tolérer aucune mauvaise action (harcèlement).

En entreprise, le biais de négativité est lié à la culture. Pour remédier aux conséquences les plus néfastes de ce biais. Ainsi il est important de cultiver une plus grande attention aux choses positives :

  • Célébrer collectivement toutes les petites (et grandes) victoires (ventes, embauches, travail bien fait…) ;
  • Cultiver la gratitude (dire merci, remarquer et complimenter le travail bien fait…).

Ainsi, découvrez des exemples de cultures d’entreprises qui ont réussi à se « scaler « . En capitalisant sur les choses positives dans notre Ebook : Comment faire évoluer sa culture quand l’entreprise grandit.

 

Source : Welcome To The Jungle  https://recruiters.welcometothejungle.com/articles/le-biais-de-negativite/?utm_content=buffer6df93&utm_medium=social&utm_source=linkedin&utm_campaign=buffer

Centre d'affaires à Nantes. Tous les avantages de la Zone Franche Urbaine